puceActualités par secteur

puceActeurs

puceAnalyses

 

Textile

Les actualités dans ce secteur se rapportent, entre autres, aux thèmes suivants :

- fibres naturelles, renouvelables
- textiles techniques
- habillement, tissu...

8/12/2007

Tunisie : Textile is not dead !

Le secteur du textile affiche une croissance de l’ordre de 21% en 2007

Concurrence asiatique oblige, le secteur du textile était, pour beaucoup, voué à sa perte en Tunisie… Pourtant, loin de se laisser abattre, le pays a réalisé une croissance de 21% en 2007 dans ce secteur. Ce qu’explique Neïla Gongi, PDG du pôle de compétitivité textile de Monastir, MFC Pôle.

« Quel que soit le pays, nous sommes voués à rencontrer les mêmes problématiques dans le domaine social. Tous les Etats souhaitent, notamment, résoudre la question de l’emploi, et favoriser la création de postes. Pour cela, il faut porter la compétitivité au plus haut »… Pour Neïla Gonji, PDG du pôle de compétitivité textile de Monastir-El Fejja, MFC Pôle, hors de l’innovation et de la dynamique de réseaux, point de salut.
Jouer la carte de l’avancée technologique : c’est d’autant plus nécessaire, sur l’autre rive de la Méditerranée, dans un secteur aussi exposé à la concurrence que celui du textile et de l’habillement. « Nombreux étaient ceux qui nous prédisaient que celui-ci n’avait plus d’avenir chez nous. Or, un pays comme la Tunisie, dont l’économie est tirée par le textile (il représente 50% environ de nos exportations), ne pouvait se permettre de tirer un trait sur ce secteur, juste parce qu’il est soumis à une concurrence de pays émergents plus rude que par le passé ».
Les pôles de compétitivité, développés récemment en Tunisie, répondent ainsi à un véritable enjeu. « Un programme pilote mené par les pouvoirs publics s’est focalisé sur les deux secteurs stratégiques de notre économie, le textile/habillement et l’agroalimentaire. C’est ainsi qu’a notamment vu le jour MFC Pôle, société anonyme du pôle de compétitivité de Monastir / El Fejja, supportée par un pool bancaire. Elle a été constituée en octobre 2006, et accréditée par arrêté du 1er ministre en tant qu’entreprise privée du pôle technologique textile de Monastir. Puis, le 24 novembre 2006, MFC pôle a signé avec le ministère de l’Industrie, de l’énergie et des PME une convention fixant ses obligations et les avantages qui lui ont été accordés par l’Etat tunisien », poursuit Neïla Gongi.

Partenariat public-privé

Les projets du pôle ? « Toute une réflexion est menée aujourd’hui sur des textiles du futur, à visée plus technique, liés par exemple à l’aéronautique, la santé, le sport… Ce qui nous permet de fédérer, du coup, ces autres secteurs, par effet de transversalité », détaille la présidente. Pour cela, il bénéficie de multiples infrastructures sur le technopôle textile de Monastir : incubateur, pépinière, espace mode avec show room permanent, laboratoires, centres de ressources technologiques… Il tisse également divers liens depuis 2005. « Une trentaine de partenaires régionaux et nationaux ont intégré le pôle. Nous collaborons également avec quelque 15 partenaires internationaux, dont, par exemple, le pôle de compétitivité textile français Up-Tex, basé à proximité de Lille ».
Autre positionnement innovant de MFC Pôle, le choix du partenariat public-privé en matière de financement des projets. Une démarche différant de celle de la France, puisque dans l’hexagone, les enveloppes sont avant tout publiques : « une volonté très forte s’est manifestée, celle de ramener autour de la table des partenaires financiers privés qui apprécient la réalisation des projets ».
Et tout cela marche : Le pays affiche une croissance de 21% pour le secteur du textile en 2007. Pas si mal, pour un quasi-moribond… De bons résultats qui sont également dus à une stratégie mise en œuvre depuis 2005 : « il y a eu un repositionnement des entreprises tunisiennes sur une niche de production qui est montée en gamme, suite à un programme lancé par l’Etat il y a deux ans. Celui-ci prévoyait notamment de faire passer ces structures d’un système de sous-traitance à celui de co-traitance, ce pour favoriser l’échange de savoir-faire, le transfert de compétences, et créer des produits à plus forte valeur ajoutée. Depuis, nous avons pu observer un retour des investisseurs, partis jusque-là en Asie, en Tunisie. Benetton en est un bon exemple… Ces investisseurs retrouvent, chez nous, un effet de proximité, une main d’œuvre de plus en plus qualifiée et diplômée », conclut Neïla Gongi.

7 décembre 2007, Carole Signes

http://www.innovationlejournal.fr/spip.php?article1685

===========================================================

1/12/2007

Tunisie – L'ennoblissement textile : enjeux et opportunités

Le pôle de compétitivité de Monastir-El Fejja (MFC Pôle), la fédération nationale du textile « FAMEX » et le centre technique du textile « CETTEX », organisent, sous l'égide du Ministère de l'industrie, de l'énergie et des PME, avec le concours de l'institut français de la coopération, un séminaire d'information sur la filière finissage, qui aura lieu le jeudi 29 novembre 2007, au Palais Kobbat Ennahas à la Manouba. Ce séminaire vise à sensibiliser et à informer les opérateurs des principaux enjeux de la filière finissage, considérée comme une condition nécessaire à l'intégration du secteur Textile-Habillement en Tunisie et à sa montée en gamme.

http://www.investir-en-tunisie.net/news/article.php?id=2943

===========================================================

31 octobre 2007

Le Pôle de compétitivité Up-Tex (Textiles Hautes Performances) n'a qu'une finalité...

Le Pôle de compétitivité Up-Tex (Textiles Hautes Performances) n'a qu'une finalité : favoriser l'émergence de projets innovants portés, en partenariat, par les entreprises, les centres de recherche et les structures de formation afin de développer de nouveaux produits pour conquérir de nouveaux marchés.

Les grands chantiers :

* Les textiles innovants :

L'objectif de ce chantier est de renforcer la compétitivité des entreprises textiles soit en apportant de nouvelles caractéristiques au textile, soit en créant de nouvelles fonctionnalités. Notamment sur les technologies suivantes :

- Matériaux multifonctionnels (effets barrière, textiles instrumentés)
- Procédés de fonctionnalisation (polymères, traitement de surface, micro-encapsulation)
- Tissus recyclables et agro-fibres
- Conception rapide et modélisation des structures
- Nanotechnologies appliquées aux fibres

* La Mass-Customisation :

Ce chantier vise à rapprocher la production du consommateur en développant un nouveau mode de production basé sur la co-conception de produits, les petites séries et les nouveaux circuits de distribution.

http://www.jinnove.com/site/accompagnement/polescompetitivite/homepage.asp?secteur=text

============================================================

05 octobre 2007

Des vêtements pour lutter contre les maladies nosocomiales

Sous l'égide du pôle de compétitivité Techtera, le projet bénéficie d'une enveloppe de 4 millions d'euros.

La lutte contre les maladies nosocomiales a parfois des effets inattendus. Le mois dernier, le ministre de la Santé anglais Alan Johnson a interdit aux médecins des hôpitaux britanniques le port de la traditionnelle blouse blanche. Dès janvier 2008, le personnel hospitalier anglais devra revêtir des tabliers en plastique et laisser cravates, manches longues et autres boutons de manchette au vestiaire.

Les infections nosocomiales sont contractées soit lorsque le patient s'infecte avec les germes dont il est porteur, lors d'un acte chirurgical par exemple, soit lors d'une contamination par d'autres malades ou par les soignants. Ces fléaux, qui s'attaquent aux sujets déjà fragilisés - notamment par une plaie ouverte -, seraient, selon le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies, « le plus grand défi en termes de maladies infectieuses auquel doit faire face l'Union européenne ». Résistantes à de nombreuses familles d'antibiotiques, les infections nosocomiales touchent de 5 % à 12 % des personnes hospitalisées et concernent 10 millions de malades dans le monde. En France, elles tuent 4.200 personnes par an. « Toutes les études sont formelles : la contamination s'effectue souvent par les mains ou par le tissu », assure Alain-Michel Ceretti, président de la mission d'information et de développement de la médiation sur les infections nosocomiales (Idmin) au sein de la Haute Autorité de santé.

Barrer la route aux bactéries

Des chercheurs français ont pris le problème à bras-le-corps. Depuis hier, une douzaine de PME, quatre laboratoires et deux centres techniques s'attellent à concevoir des textiles susceptibles de prévenir la prolifération de maladies nosocomiales et les contaminations microbiennes. Sous l'égide du pôle de compétitivité Techtera, spécialiste des textiles techniques en région Rhône-Alpes, leur projet, baptisé « Actiprotex », bénéficie d'une enveloppe de 4 millions d'euros, dont 2,1 millions issus des pouvoirs publics, des collectivités locales et de l'Etat.

Sous la houlette de Biomatech, une société de recherche contractuelle spécialisée dans l'évaluation des dispositifs médicaux, ces acteurs, issus d'univers différents allant de la dentelle aux nanomatériaux en passant par l'assemblage mécanique de fils textiles, devront trouver des solutions pour des textiles allant des draps ou des blouses d'infirmières aux implants dans les corps des patients. « L'objectif est de barrer la route aux bactéries », explique le docteur Vincent Legay, responsable du laboratoire « in vitro » de Biomatech, porteur du projet. Certes, les textiles antibactériens existent déjà, qu'il s'agisse de sous-vêtements antifongiques ou de pansements antimicrobiens. Mais ils devront désormais résister à l'usure. « Les actifs devront subir des conditions de lavage draconiennes », estime Marie Rastello-de Boisseron, responsable technique et qualité chez Euracli, qui conçoit, développe et produit des microcapsules pour l'imprimerie, le textile et la cosmétologie et qui poursuit, « pour l'instant, les millions de microcapsules dont nous équipons nos textiles ont une durée de vie limitée à une dizaine de lavages ».

Les limites du jetable

Jusqu'à présent, les textiles jetables constituaient une partie de la solution. Mais, à grande échelle, leur coût est colossal, et leur usage est peu écologique, voire, comme pour le cas des draps par exemple, dangereusement inconfortable pour des malades fragiles. En outre, selon Vincent Legay, la recherche a abouti à des textiles antibactériens de petites tailles, comme les pansements, mais pas à de grandes pièces comme des draps. « Notre pari est de trouver de nouveaux procédés antibactériens », poursuit Vincent Legay.

Le projet devrait durer trois ans. Outre des professionnels du textile, le projet implique d'autres pôles de compétitivité dont Plastipolis et Lyon Biopôle, le cluster Recherche Rhône-Alpes Infectiologie ou encore le comité de lutte contre les infections nosocomiales. « A terme, Actiprotex aura des applications dans les secteurs de l'agroalimentaire et de la lingerie », conclut Corinne Farace, déléguée générale du pôle Techtera.

LAURANCE N'KAOUA

http://www.lesechos.fr/info/innovation/4629463.htm?xtor=RSS-2011

============================================================

23 juillet 2007

Tunisie: Pôle de compétitivité Monastir-El Fejja - Un rôle majeur dans l'essor du secteur du textile-habillement

La Presse (Tunis), Publié sur le web le 18 Juillet 2007

Une journée d'information sur le lancement du pôle de compétitivité Monastir-El Fejja a été organisée à Monastir, consacrée à l'étude du rôle de ce pôle dans le développement du textile-habillement.

Cette journée a été organisée par le gouvernorat de Monastir en collaboration avec la société d'aménagement, d'exploitation et d'animation du pôle de compétitivité de Monastir-El Fejja et la participation d'un grand nombre de chefs d'entreprise et de représentants des structures tunisiennes et étrangères.

Lors de cette journée, des conférences ont été données sur plusieurs thèmes dont notamment les effets des pôles de la compétitivité sur la croissance économique, la productivité, les revenus et l'emploi ainsi que sur les réalités et les perspectives du secteur du textile et habillement.

Présidant l'ouverture de cette journée, MM. Lazhar Bououni, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie et Afif Chelbi, ministre de l'Industrie, de l'Energie et des Petites et Moyennes Entreprises, ont souligné l'intérêt particulier accordé par le Président Zine El Abidine Ben Ali dans le cadre de sa politique de modernisation et d'innovation de la réalisation des technopôles sectoriels et régionaux à même de consolider la recherche scientifique et de hisser la compétitivité de l'économie nationale.

Dans ce cadre, M. Lazhar Bououni a mis l'accent sur les performances réalisées en Tunisie en matière d'investissement dans les ressources humaines qui ont permis à la Tunisie de mettre en place une stratégie visant à orienter l'économie vers un régime de croissance basé sur l'intelligence et le savoir.

Les pôles de compétitivité, a-t-il dit, contribuent à la mise en place d'une économie de réseaux à travers la promotion d'une coopération et d'un partenariat stratégiques entre le secteur industriel et les systèmes de formation, de recherche et d'innovation.

Le ministre a passé en revue le bilan positif du secteur du textile-habillement soulignant l'importance stratégique de ce secteur qui a enregistré une croissance des exportations à même d'attirer les investissements directs étrangers malgré l'engouement suscité par les pays asiatiques.

Après avoir relevé l'importance du partenariat entre les secteurs public et privé pour le développement des technopôles, le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie a indiqué que ce partenariat doit reposer sur un partage des rôles entre l'Etat et les sociétés de gestion de ces technopôles.

De son côté, M. Afif Chelbi a indiqué que les études menées dans le secteur textile, ont démontré qu'il est passé de la simple sous traitance à l'intégration d'une plus grande valeur ajoutée.

M. Chelbi a annoncé qu'une tendance à la hausse est observée au niveau des investissements et des emplois à créer et de la valeur des exportations en dinars et en euros.

D'autre part, il a analysé les composantes de la stratégie globale visant à appuyer ce secteur.

Dans ce contexte, le ministre a souligné que cette stratégie vise à renforcer le rôle du pôle de compétitivité Monastir-El Fejja pour la promotion de ce secteur à travers ses 3 composantes: technopôles, zone de finissage et réseau de partenaires.

Au cours de cette journée, des conventions ont été signées entre le pôle de compétitivité Monastir-El Fejja d'une part et l'université de Monastir, la Fédération nationale du textile, le Centre technique du textile, l'Iset de Ksar-Helal et l'API, d'autre part.

http://fr.allafrica.com/stories/200707180766.html

encre